bavarder


bavarder

bavarder [ bavarde ] v. intr. <conjug. : 1>
• 1539; de bavard
1Parler beaucoup, de choses et d'autres. 1. parler; babiller, 2. causer, discuter; fam. bavasser, tchatcher (cf. fam. Tailler une bavette, discuter le bout de gras). Nous avons bavardé ensemble. Nous bavardions agréablement. Perdre son temps à bavarder. caqueter, discourir, jaboter, jacasser, papoter.
2Divulguer des choses qu'on devrait taire, commettre des indiscrétions. Quelqu'un aura bavardé. cancaner, jaser.
⊗ CONTR. Taire (se).

bavarder verbe intransitif Parler abondamment de choses sans grande portée : Bavarder de tout et de rien. Parler indiscrètement sur quelqu'un, quelque chose : On bavardait sur sa conduite.bavarder (synonymes) verbe intransitif Parler abondamment de choses sans grande portée
Synonymes :
- bavasser (familier)
- tailler une bavette (familier)
Contraires :
Parler indiscrètement sur quelqu'un, quelque chose
Synonymes :

bavarder
v. intr.
d1./d Parler avec excès.
d2./d Parler familièrement avec qqn, causer.
d3./d Divulguer ce qu'on devrait taire.

⇒BAVARDER, verbe.
I.— Emploi intrans.
A.— Assez souvent avec une nuance péj.
1. [Le suj. désigne une pers., une collectivité, parfois un attribut de la pers.] Parler beaucoup, souvent de choses inutiles, sans intérêt. P. ext. Parler familièrement en prenant son temps. Bavarder avec qqn, bavarder comme une folle :
1. Voyons, tâchez de dormir, mademoiselle, au lieu de bavarder à tort et à travers comme une pie borgne.
O. FEUILLET, Histoire de Sibylle, 1863, p. 85.
Fam. Bavarder de qqc. Parler de quelque chose. Bavarder de la pluie et du beau temps (ROMAINS, Les hommes de bonne volonté, Verdun, 1938, p. 122)
Bavarder sur qqc. En discuter longuement, plus ou moins profondément :
2. Ce sont ces jeunes gens qui les premiers m'ont fait connaître les noms de poésie classique et de poésie romantique. (...) peut-être plus curieux qu'eux de connaître ce qu'il y a de positif dans la différence de ces deux genres, je les pressais de la déterminer. (...). Nous avons bavardé pendant deux ans sur cet éternel sujet, ...
DELÉCLUZE, Journal, 1827, p. 381.
2. Spéc. péj. Parler de façon indiscrète, allant parfois jusqu'à la médisance et la calomnie. Faire bavarder qqn :
3. Il y avait dix hommes amoureux d'elle [Thérèse], et cependant on ne bavardait pas sur son compte.
ARAGON, Les Beaux quartiers, 1936, p. 35.
3. P. ext. [Le suj. désigne une pers.] S'exprimer longuement ou indiscrètement par d'autres moyens que la parole (écrit, gestes, etc.) :
4. « Celui qui a des yeux pour voir et des oreilles pour entendre, dit Freud, constate que les mortels ne peuvent cacher aucun secret. Celui dont les lèvres se taisent bavarde avec le bout des doigts. »
R. AMADOU, La Parapsychologie, 1954, p. 75.
B.— P. anal.
1. [Le suj. désigne un animal, en partic. un oiseau, ou un inanimé concr. personnifié] S'exprimer abondamment dans son langage propre :
5. Les grives matinales et les merles, leurs cousins germains, sautillaient dans les feuillages argentés et bavardaient joyeusement sur ma tête.
ABOUT, Le Roi des montagnes, 1857, p. 44.
2. P. méton. [Le suj. désigne un inanimé concr.] Révéler quelque chose; être expressif :
6. À cet âge, les visages disent tout de suite tout. La parole est inutile. Il y a tel jeune homme dont on pourrait dire que sa physionomie bavarde. On se regarde, on se connaît.
HUGO, Les Misérables, t. 1, 1862, p. 790.
Au fig. [Le suj. désigne une pers. ou un inanimé abstr.] Déborder un cadre déterminé, ajouter des détails superflus :
7. ... l'on doit rester sobre, et ne point bavarder. « Là réside (comme je l'écrivais dans mon Étude sur les notes de passage) une des plus grandes difficultés de la Fugue. »
Ch. KOECHLIN, Ét. sur l'écriture de la fugue d'école, 1933, p. 14.
II.— Emplois rares
A.— Emploi trans.
Vx. [Le suj. désigne une pers.] Bavarder qqc. (à qqn). (Lui) en parler longuement :
8. Je t'envoie tous ces détails qui vous feront plaisir, en attendant que je vous les bavarde moi-même.
HUGO, Correspondance, 1862, p. 412.
B.— Emploi pronom. [Le suj. désigne des pers.] Parler entre soi :
9. ... on m'a poussé dans un autre côté de la maison, au milieu des femmes de service, qui récitaient des prières devant l'icône, et qui se bavardaient comme des pies...
R. MARTIN DU GARD, Les Thibault, L'Été 1914, 1936, p. 49.
Rem. On rencontre dans la docum. les néol. a) Bavardichonner, verbe intrans. (E. et J. DE GONCOURT, Renée Mauperin, 1864, p. 5). b) Bavardocher, verbe intrans. (QUENEAU, Exercices de style, 1947, p. 171). Synon. péj. de bavarder.
PRONONC. :[]. (je) bavarde [].
ÉTYMOL. ET HIST. — 1. 1539 « parler abondamment » (GRUGET, Dial. de Pierre Messie, 680, éd. 1610 dans R. Hist. litt. Fr., t. 4, p. 138 : C'est une chose tres rare que d'estre sage et retenu : car la plupart des gens ne font que babiller et bavarder); 2. 1690 « commettre une indiscrétion » (FUR.).
Dér. de bavard; dés. -er.
STAT. — Fréq. abs. littér. :770. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 327, b) 952; XXe s. : a) 1 250, b) 1 730.
BBG. — DUCH. 1967, § 36. — GOUG. Mots t. 1 1962, p. 273.

bavarder [bavaʀde] v. intr.
ÉTYM. 1539; de bavard.
1 Parler beaucoup, longtemps ou parler ensemble de choses superficielles. Parler; babiller, bavasser (fam.), cailleter, caqueter, causer, discourir, discuter, jaboter, jacasser, jaser, jaspiner (argot), lantiponner (vx), papoter, potiner. → Placoter, en franç. du Québec. || Bavarder avec qqn. → Tailler une bavette, discuter le bout de gras, faire la causette. || Bavarder comme une pie (borgne). || Bavarder à tort et à travers. || Perdre son temps à bavarder.
1 En de certains jours, elle bavardait avec une abondance fébrile.
Flaubert, Mme Bovary, I, IX.
Par anal. Parler ou écrire de manière prolixe et superficielle (se dit aussi en parlant de la musique).
Emploi trans. ind. || Nous avons bavardé de choses et d'autres. || Bavarder de la pluie et du beau temps. || Bavarder sur qqch., sur divers sujets. Ellipt (rare). || Nous avons bavardé théâtre. Parler.
2 Divulguer des choses qu'on devrait taire, commettre des indiscrétions. || Quelqu'un aura bavardé (Académie). Cancaner, jaser, parler. || Soyez sûr qu'elle bavardera; elle se chargera de tambouriner la nouvelle. Publier, répandre. || Il a bavardé. → Manger le morceau. || On a essayé de le faire bavarder, mais il sait se taire.
2 (…) j'ai de l'estime pour cette fille depuis ce qui nous est arrivé au colombier, dont elle aurait pu bavarder pour sa part, et dont jamais personne n'a rien su (…)
G. Sand, la Petite Fadette, p. 195.
3 S'exprimer longuement ou indiscrètement par un autre moyen que le langage (personnes; animaux : produire en abondance le cri de son espèce; choses).
REM. On rencontre exceptionnellement des emplois transitifs du verbe : bavarder qqch. à qqn : || « Je vous les bavarde (ces détails) » (Hugo, Correspondance); bavarder qqn : || « des femmes (…) qui se bavardaient comme des pies » (Martin du Gard, in T. L. F.).
CONTR. Taire (se).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bavarder — BAVARDER. v. n. Parler excessivement de choses frivoles, ou qu on devroit tenir secrètes. C est un homme qui bavarde toujours. Il ne fait que bavarder. Quelqu un a bavardé. Il est du style familier …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bavarder — Bavarder. v. n. Estre bavard; comme, Il ne fait que bavarder. Il ne se dit guere qu à l infinitif …   Dictionnaire de l'Académie française

  • bavarder — vi. , papoter, barboter, causer // parler bavarder (sans arrêt, interminablement), babiller, jacasser, jacter, jaser, tchatcher, cancaner, caqueter, bavasser, dégoiser, parloter, se tailler une bavette ; radoter, bredouiller ; parler à tort et à… …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • BAVARDER — v. n. Parler excessivement de choses vaines et frivoles. Elle aime beaucoup à bavarder. Passer son temps à bavarder. C est un homme qui bavarde toujours.   Il signifie aussi, Parler de choses qu on devrait tenir secrètes. Quelqu un aura bavardé.… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • BAVARDER — v. intr. Parler sans mesure et sans discrétion. Passer son temps à bavarder. C’est un homme qui bavarde toujours. Il signifie aussi Parler de choses qu’on devrait tenir secrètes. Quelqu’un aura bavardé …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • bavarder — (ba var dé) v. n. 1°   Parler beaucoup. Cette femme bavarde du matin au soir. 2°   Divulguer des choses qu on devrait taire. Son complice bavarda, et la police fut sur la trace.    Il se conjugue avec l auxiliaire avoir. 3°   Activement. •   Le… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Jacasser, bavarder comme une pie — ● Jacasser, bavarder comme une pie bavarder beaucoup …   Encyclopédie Universelle

  • babouziñ — bavarder …   Dictionnaire Breton-Français

  • barbilhat — bavarder …   Dictionnaire Breton-Français

  • flapañ — bavarder …   Dictionnaire Breton-Français


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.